); ga('send', 'pageview');

Le MCL n’est pas encore présent dans votre commune?

Vous avez envie d’aller partager et défendre l’avis de vos concitoyens au conseil communal?

Vous vous ressentez peut-être la fibre de représenter les citoyens de votre commune?

Vous voulez voir ce monde changer?

Cette année une fois de plus, chacun aura le droit de déposer sa candidature lors des élections communales selon des règles bien précises.

Si vous désirez représenter le MCL et ses idées de fond, son principe solidaire, n’hésitez pas à prendre contact avec nous!

Avant toute chose, prenez connaissance de  la charte politique du MCL

Vous trouverez ensuite facilement les informations nécessaires par le lien
Se présenter en Wallonie

Pour les élections communales, les présentations de candidats doivent être signées soit par deux conseillers communaux sortants au moins, soit :

Nombre d’habitants Nombre de signatures requises
Moins de 500 habitants 5 électeurs  communaux au moins
De 500 à 2 000 habitants 10 électeurs communaux au moins
De 2001 à 5 000 habitants 20 électeurs communaux au moins
De 5001 à 10 000 habitants 30 électeurs communaux au moins
De 10 001 à 20 000 habitants 50 électeurs communaux au moins

Vous trouverez ici le nombre d’habitants de votre commune:
Population par communes.

En avant! Et que ce monde change enfin!

Après mure réflexion…

RTBF , l’émission du jeudi 15/03. Le revenu universel – « Danger ou solution? »

Pour ceux qui ne l’ont pas encore visionné: RTBF – Les tournois de l’académie.

A notre grand regret, dans le fond, les détracteurs contre l’instauration de cette nécessaire transformation de notre système social, ne nous balancent à la figure qu’une seule et énorme barrière financière pour son financement ainsi qu’une grande démonstration de leur manière de considérer l’être humain comme « des-feignants-qui-s’arrêteront-tous-de-travailler ».

Et lorsqu’on sait que notre cher Premier nous envoyait en août 2017,  ce fameux message « La taxe sur les transactions financières doit faire partie de réformes européennes », on se rend compte qu’en fait, nous avons déjà deux des trois ingrédients réunis pour ce pas vers le financement complet de l’état, selon les calculs de l’équipe du Mouvement Citoyens Libres!

Ils sont déjà d’accord dans les grandes lignes sur
– Le besoin de palier à la pauvreté
– Une manière de financer un projet par une TTF

Il ne manque que le troisième:  Remplacer toute la perception des besoins de l’Etat par une seule et unique taxe sur ces mêmes transactions financières.
Voir notre projet sur notre page « La TTF : Qu’est ce que c’est? »

Qu’en pensez vous?

J’en profite pour partager cette analyse de Christina Lambrecht  du groupe « Revenue de Base – Namur », au sujet de ce débat académique, analyse que je trouve excellente!

« Mon vote personnel:
Dans le camp danger,
et non, ce n’est pas parce que les trois participants dans le camps contre le Revenu Universel étaient contre cette idée qui m’est chère depuis des années, que je suis critique envers eux:

La jeune et très éloquente étudiante Anaïs Engreneur: trop théâtrale dans son éloquence avec des intonations, virgules et points d’exclamations à l’appui bien chronométrés, une opinion contre le Revenu de Base apprise par cœur et, veuillez m’en excuser, un parfum de futur syndicaliste et un soupçon de l’ombre de Mateo Alaluf ou autres opposants dans le texte…. Certes, elle avait droit à un très bon score, pour son « récit » mais son manque de profondeur n’a pas, selon moi, pu persuader un public qui cherche encore à comprendre l’enjeu du RdB sans être déjà pour ou contre.

Madame Anne Eydoux, certes avec un CV impressionant, venue de la France où le débat Revenu de Base est très vivant aussi, nous a énuméré les différentes « propositions possibles » et leurs dangers: modèle LIBER, la proposition du candidat à la présidentielle Hamon dont elle disait :  » je suppose qu’il n’espérait pas de gagner les élections » …. Puis elle mettait nous, les femmes, en garde: retour au foyer, descente dans la précarité ….l’enfer nous attend avec ce RdB.
J’avoue de ne pas avoir compris très bien son raisonnement.

François Perl , est resté fidèle à lui -même:
L’allocation universelle n’est pas l’avenir de la sécurité sociale,
mais il est évident que notre système de protection sociale est perfectible. Mais il a démontré son efficacité durant la crise financière, permettant à la Belgique de rester un des pays les plus égalitaires d’Europe, et son remplacement progressif par une allocation universelle reste un projet aux contours financiers et à l’efficacité fort discutables. Cela ne veut évidemment pas dire que le débat doit être évacué sans autre forme de procès. Mais il serait sans doute plus cohérent de considérer une fois pour toutes qu’une allocation universelle ne pourrait exister que dans un cadre conceptuel et financier totalement indépendant de celui de la sécurité sociale.
Sa présentation de hier se trouve, en version plus courte ici: http://www.lalibre.be/…/l-allocation-universelle-n-est-pas-…

Dans le camp solution,
William-James Kettlewell, étudiant, je pense, avait un peu perdu son équilibre éloquent face à son adversaire Anaïs Kerenneur , mais malgré ses hésitations et ses quelques trébuches textuelles, il y avait selon moi, plus de profondeur dans sa défense pour le Revenu de Base. Certes, le mauvais score pour son éloquence était prévisible, et personne peut dire s’il a pu convaincre le public, mais il était en tout cas, selon moi, moins « rasé » ( en néerlandais: minder afgestreken ) que son adversaire et pas du tout « superficiel »

Philippe Defeyt: nous le présentons plus. Et puis je me permets de reprendre les mots de Pascal Masarotti:  » Hier soir sur la Trois, sur le thème du « Revenu universel pour ou contre », l’équipe des « pour » a pu convaincre une majorité en remportant 62% du suffrage..
Rien n’est fait, c’est sur mais nous sommes sur la bonne voie et notre détermination ne pourra qu’être déterminante pour activer le levier de la construction d’un nouveau modèle de société respectueux de la dignité, des droits et des libertés de chaque être humain!
Merci à Philippe Defeyt pour sa prestation empreinte de logique, de limpidité et de concret…
Et que ce monde et nos mentalités changent enfin….

Et j’ajoute, de mon point de vue personnel: les paroles de Philippe Defeyt étaient terre à terre et humaine. Son éloquence est bien rodée, mais il parvient toujours à capter son public!
Merci Philippe!

Philippe Van Parijs: tout comme Philippe Defeyt, « un renard aguerri » du Revenu de Base. Toujours aussi captant dans sa défense du Revenu de Base, aussi terre à terre que Philippe Defeyt . Il ne veut ni persuader, ni imposer le bien fondée de cette idée, dont je pense moi aussi que le temps est venue, mais il amène son public à la réflexion.

J’ai aussi apprécié les paroles de madame Françoise Tulkens, présidente de la soirée académique.

Et puis la  » fée clochette » Bruno Coppens:… et oui, c’est la Belgique qui a inventé le Revenu de Base » ….
Un clin d’oeil humouristique dans ce Tournois de l’Académie. »

Christina Lambrecht

Ce soir sur RTBF La 3 à 20h00: Les Tournois de l’Académie : Le revenu universel : Danger ou solution ?

« Les craintes des détracteurs »: L’INAMI inquiète, bien entendu!

Je me réjouis de suivre cette émission sur un plateau où l’on retrouvera diverses personnalités dont notre ami Philippe Defeyt.

Le débat va certainement tourner en négativisme car « l’énorme souci » de notre classe politique s’appuie sur les besoins budgétaires aux fins de financements.

A cet effet, je me suis permis d’envoyer un petite message à Florence Hainaut…

Ne manquez pas cette émission afin d’y détecter ou sont les réalités de notre monde politico-économique 😉

« Bonjour Florence.

Pour l’émission de ce soir qui traite de ce sujet qui devient une incontournable discussion pour le futur, je vois que les « contre » sont des personnes qui ont raison de craindre la mise en place de ce type de profond changement.

Le principal frein à toute évolution en économie et politique, actuellement et pour le futur, est le budget disponible.

Pourquoi personne ne VEUT entrevoir que c’est le fondement de notre système qui a besoin d’une nouvelle ressource?

Une refonte simple et tout à fait réalisable implique de changer le financement de l’état.

Cette solution existe! Mais qui aura le courage de prendre le taureau par les cornes pour changer les problèmes en partant de leur fond?

Cette solution est simple et efficace, elle est étudiée depuis plus de 30 ans.

Je vous invite à la découvrir par le lien ci dessous.

Merci pour votre émission de ce soir, que je suivrai bien entendu avec grande attention.

Cordialement;
Hoeymakers René. »

http://www.m-c-l.be/?page_id=525

Et le vainqueur est… le populisme!

L’ancrage du populisme dans le paysage politique; L’exemple de la France.

« Ce que l’auteur appelle “populisme” avec la dose de mépris requis dans ce cas là, n’est-ce pas tout simplement l’expression , parfois maladroite mais légitime, d’un surcroit de démocratie ?
Un désir de démocratie plus transparente, moins corrompue, plus proche des aspirations des “gens” ?
(Olivier Zeitouni)

« Les multiples sources d’information auxquelles chacun peut aujourd’hui avoir accès ne fera qu’amplifier un mouvement qui n’en est qu’à ses prémices :
“Cours camarade ! Le vieux monde est derrière toi !”
(Jean François Dumas)

« Le principe même de la démocratie est que, justement, le peuple est capable de déterminer ce qui est bon pour lui.
La démocratie consiste à penser qu’il n’y a pas de meilleur moyen de déterminer ce qui est bon pour tous (sans quoi une oligarchie ou une monarchie seraient préférables).
Et la supériorité de la démocratie sur les autres formes de gouvernement n’est pas une simple croyance/opinion, mais une quasi-certitude qui s’appuie sur le phénomène de sagesse des foules (c’est-à-dire que le jugement de plusieurs a plus de chance d’être exact que celui d’un seul). »
(André Vermillieux)

Découvrez l’article complet de Joel Saget et Bertrand Guay (AFP) sur la page « The conversation »

Les droits de l’homme, une obligation à l’égard des migrants et des minorités!

Les promesses de pré-campagne « pré-électorale »…

Là, on se rend compte que les belles promesses arrivent déjà bien avant la période réglementée de « campagne électorale »…

Mais oui! Mr Reynders ose rappeler les obligations des états, de tout gouvernement ayant signé la « Déclaration Universelle des Droits de l’Homme » en 1948! La Belgique aussi l’a signée…
Mais Mr Reynders; où étiez vous les dernières années pour imposer à l’Etat Belge de respecter ses obligations envers le Peuple Belge?

Ne nous faisons pas d’illusions, ce n’est pas un gouvernement noyé dans ce système révolu et rendu tout a fait inefficace par son fonctionnement dès la base, qui va révolutionner le monde! « On a pas d’argent » étant le leitmotiv classique, car même respecter l’Homme dans ce système a un coût.

Vivement que le pouvoir soit à nouveau dans les mains des citoyens, vivement que l’on puisse, tous ensemble, mettre en place ces dispositions et d’adapter notre Constitution de Belgique avec la priorité unique qu’elle devrait toujours avoir respecté: l’humain et ce qui l’entoure, l’environnement!

Article du Vif  28/02/18 – Source: Belga

Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders a réaffirmé mercredi, à la tribune de l’ONU à Genève, l’obligation que constituent pour la Belgique les droits de l’homme à l’égard, notamment, des migrants et des minorités.

Les droits de l'homme, une obligation à l'égard des migrants et des minorités

© Belga

« Plus que jamais, il faut réaffirmer que les droits de l’homme ne sont pas une faveur que les États accordent, mais une obligation à l’égard de tous », a souligné le chef de la diplomatie belge à l’occasion de la 37e session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Et de décliner cette obligation à l’égard « des plus vulnérables comme les populations civiles dans les zones de conflit, à l’égard de ceux qui nous paraissent différents, comme les étrangers, les migrants, les minorités ».

Ces propos visent les situations partout dans le monde, mais en Belgique en particulier, le gouvernement fédéral dans lequel siège M. Reynders (MR) fait face à une vive opposition politique et civile dans sa politique migratoire, notamment pour son projet de visites domiciliaires de la police chez les citoyens qui hébergent des migrants en situation illégale.

Pour le gouvernement, qui a suspendu l’examen parlementaire de ce projet, il n’est pas question d’atteinte aux droits de l’homme, mais de respect de l’État de droit dans certaines situations en dernier recours où planent de lourdes suspicions d’illégalité.

« Il y a cette obligation d’accueil et de traiter correctement en fonction des procédures légales, mais je demande aussi d’ouvrir le débat sur la migration économique », a commenté le ministre auprès de Belga.

M. Reynders a en outre réaffirmé, à la tribune de l’Onu, l’encouragement de la Belgique pour la ratification des conventions internationales relatives aux droits de l’homme, alors que le pays demeure incapable de ratifier – le gouvernement flamand le refuse – la convention-cadre de protection des minorités nationales, réclamée par les francophones.

« Je continue à oeuvrer pour que les groupes de travail sur la définition du concept de minorité puissent fonctionner », a assuré M. Reynders à Belga. Il rappelle à cet égard son plaidoyer pour l’instauration d’un examen annuel du respect de l’État de droit dans chaque pays de l’Union européenne.

A la tribune de l’Onu, le ministre a aussi réaffirmé l’obligation que constituent les droits de l’homme à l’égard « des plus impertinents, comme ceux qui osent dénoncer les insuffisances des gouvernements, et à l’égard même des pires criminels, dans la lutte contre le terrorisme ».

Ite missa est…

La politique autrement?

Les exemples ne manquent pas…
Qu’attendons nous?

La politique et son fonctionnement est devenu le théâtre d’un mauvais Vaudeville avec comme acteurs, une bande de copains se redistribuant tant et d’autres revenus, avantages sur le dos des contribuables en ce compris, des comportements complètement contraires à la déontologie politique et donc son véritable sens de représentant des citoyens.

Qu’attendons nous pour amorcer un revirement total? Avons nous peur du changement? Même s’il est positif pour tous?

Les exemples ne manquent pas! Deux exemples parmi d’autres de démocratie ou l’économie fonctionne et le peuple s’y sent bien, où les élus sont investis d’une mission de véritable représentation du peuple sont entre autres la Norvège et la Suède.

Et pourtant, la Suède est membre de l’UE. Donc c’est tout à fait possible pour n’importe quel pays membre! Cela ne plaît évidemment pas forcément à cette UE du business tous azimuts et au détriment des citoyens.

La Norvège, elle, n’est pas membre de l’UE mais travaille avec cette dernière tout à fait normalement. Comme quoi, même sortir de l’UE pour pouvoir reprendre les rênes de notre pays, ne pose absolument pas de soucis, au contraire de ce que tente de nous faire croire cette UE qui a besoin de nous pour ses plantureux budgets…

En Norvège ou en Suède, un représentant du peuple est un travailleur comme les autres et voué à sa tâche! C’est une vocation, non un business…

Transparence des dépenses en Norvège.

Une ministre Norvégienne exemplaire.

L’exemple Suédois aussi…

Vous vous posez encore la question pour qui voter bientôt?
Et si on votait CITOYEN contre ce pouvoir oligarchique uniquement au service de lui-même?

Alors? Quand est-ce qu’on bouge?

La robotisation, la numérisation, l’automatisation… Un sujet qui fait débat!
Mais les solutions???

 Tout comme la construction de la Ford T à la chaîne déjà mécanisée en son temps et maintenant complètement robotisée, l’embouteillage mécanisé, l’utilisation de votre ordi ou smartphone pour vos transactions bancaires, nous avons tous accepté cette modernisation, cette évolution car elle apporte une réponse à une attente de tous. Le temps!

 Ce monde de technologie évolue à une vitesse fulgurante, toujours générée par la rapidité d’exécution des machines et bien entendu les avantages que cela impacte sur les coûts de production.

L’argent, toujours l’argent… Eh oui!

Argent dont nous avons toujours accepté la présence et qui dirige nos vies à tous. Il suffit de voir ce que l’humain est capable de faire pour l’argent… la course à l’argent, la compétition de tous pour en avoir toujours plus, sinon, râler car « on en a pas assez ».

 L’excuse traditionnelle est « le temps ». On travaille trop, « on a plus le temps pour nos enfants; on court partout », plus le temps de vivre nos passions, de voir nos amis, de s’asseoir sur un banc regarder nos enfants, de profiter simplement de notre vie!

 

« On est pas nés sur cette terre pour s’ennuyer et se compliquer la vie! »

Notons au passage que cela a toujours évolué en ce sens et maintenant, l’humain semble surpris. C’est une bonne chose car enfin les consciences s’éveillent grâce à cette saturation.

 L’humain a évolué, son environnement technique aussi (au détriment de la planète et de sa propre vie). La seule chose qui n’a pas encore évoluée en ce sens, c’est notre système social, notre système économique.

La preuve en est que ce système est occupé à s’écrouler tout seul, tout doucement depuis les années 70-80 et à une vitesse exponentielle de nos jours.

Et nous?
Et bien on regarde tout cela en râlant bêtement depuis des décennies! D’autres, les industriels actuels, par exemple, ont saisi cette opportunité et ils ont bien raison puisque non seulement il serait stupide de ne pas évoluer, mais tout le monde est d’accord sur le principe.

Alors si au lieu de continuer de râler tous ensemble, si on se mettait ensemble pour justement pour évoluer en ce sens aussi?

Nous pouvons tous adapter cette société à cette évolution.
C’est même notre devoir!
Nous savons tous que l’argent pour cela est bien présent. De la richesse il y en a un paquet.
Et du temps? Oui il y a du temps!
24 heures sur une journée décomposée en 8 heures de sommeil, 8 heures pour nos activités et 8 heures pour NOUS!

C’est ce système que nous devons maintenant adapter pour nous tous!

Les solutions réelles existent bel et bien! Il y a lieu de les mettre en place, et ce rapidement, sinon ce sera le chaos!

Ces solutions passent par un changement profond de nos habitudes, de nos priorités, nos BESOINS.

 Nous en sommes au stade de nous sentir aussi corvéables à merci que des machines « car on a pas le choix »!
Bien sur que si, nous avons le choix!

Si ces machines peuvent faire une grosse partie du travail dur, lourd et sans réel épanouissement de nous-même, pourquoi refuserions-nous cette opportunité?

Pour cela il faut bouger! Bouger son derrière et ses méninges, sortir de nos « petites habitudes », ouvrir les yeux et voir ce cadeau que nous offre cette évolution!

Bouger comment? En commençant à cesser de voir le mal partout, en cessant de râler bêtement et de crier au scandale!
En somme de pleurnicher individuellement dans son coin.
Oui, râler derrière un écran, c’est individuel aussi!
C’est facile mais ne dégage absolument AUCUNE solution.

On a assez râlé. Les constats sont légion!
Et après? On reste là et rien ne change?

Des gens œuvrent à ce futur! Mais vous? Vous pouvez y croire?
Etes-vous capables de regarder autre chose que l’assiette du voisin dans l’unique but de la convoiter?

Dans toute cette masse de gens, nous sommes extrêmement nombreux à vouloir un changement très profond de ce système. Dans cette optique, il y a un nombre grandissant de personnes qui s’éveillent et bougent dans le bon sens, bien plus qu’on ne le croit. (C’est sur, c’est pas médiatisé à outrance tel que le pauvre chien écrasé, dans un journal…)

 Alors rappelez-vous que mille personnes qui se battent contre des millions ne sont même pas entendus.
Rappelez-vous ce que nos aïeuls (nous) ont appris il y a bien longtemps!
Seule l’Union fait la Force!

Pour ceux qui ne croient pas que de réelles solutions existent, allez voir l’une des plus probables et déjà étudiée par de nombreux économistes depuis les années 70 (et pour certains, même avant!)

Nous en avons fait un condensé « vulgarisé », sans mots compliqués et termes juridiques imbuvables.

Ce projet reprend la possibilité d’allier tous les éléments suivants:

– l’intégration du « plein emploi » qui n’existera jamais plus car la robotisation est en marche,

– la redistribution du travail actuel et futur,

– le retour au temps de vie pour tous par cette redistribution du travail au gré du choix personnel de chacun, pour que chacun ait sa chance de continuer à bosser ou de s’adonner à sa créativité, ou simplement ne rien faire de plus… Le choix, une liberté de choisir sa vie!

– la large compensation financière de cette perte financière de la réduction du temps de travail par une allocation universelle ou revenu de base ou peu importe comment on l’appellera,

– une très nette augmentation du pouvoir d’achat de chacun donc également une éradication directe de la pauvreté grandissante,

– le financement de cette allocation universelle et bien plus par une taxation unique sur TOUTES les transactions financières en // avec une abolition totale de TOUES les taxes actuelles devenues inutiles.

Mais si! Bien sur que si, c’est possible!

Pour ceux qui ne l’ont pas encore (re)lu pour bien comprendre l’ensemble de ce projet, je vous invite à le (re)découvrir et à le (re)partager en masse par le lien sur notre site par ce lien vers notre dossier.

Retrouver également l’ensemble de ce projet dans la rubrique « Nos objectifs » de ce site qui comprend:

– les 3 piliers incontournables pour un changement en profondeur,

– le constat et quelques exemples de ce qui nous arrive avec cette automatisation du monde,

– une ébauche (liste non-exhaustive) de tout ce qui pourra enfin changer dans le bon sens.

 Partagez! Partagez! Le monde doit savoir! 

Et d’ajouter que ceci, hormis les chiffres qui sont proprement belges, est applicable à n’importe quel pays d’Europe et au delà!

Belle journée à tous!

L’avenir.net – Edition Namur du 21/11/2017.

Une poignée de petits partis et de mouvements «citoyens» veulent promouvoir les droits politiques.

Ces militants, parfois déjà implantés sur le terrain local en Flandre, à Bruxelles et en Wallonie, se sont retrouvés via les réseaux sociaux.

Une poignée de petits partis et mouvements «citoyens» du nord et du sud du pays ont lancé mardi à Namur une «Plate-forme des droits politiques» pour promouvoir le référendum et le droit d’initiative, sur le modèle helvétique.

Ces militants (Parti Référendum, Démocratie Belgium, Democratie Nu!, Mouvement Citoyens libres, Nous Citoyens, Gouvernement de concordance, Petite Maison du Peuple), parfois déjà implantés sur le terrain local en Flandre, à Bruxelles et en Wallonie, se sont retrouvés via les réseaux sociaux.

Ils se sont groupés pour réclamer l’instauration des droits de référendum et d’initiative citoyenne (proposition de projets par les citoyens, dont doivent s’emparer les autorités) à tous les niveaux de pouvoir (communal, régional, fédéral). Ces droits seraient soumis à des balises (respect du droit supérieur, unicité de la matière et caractère réalisable du projet).

Conscients de la nécessité de modifier la Constitution pour y parvenir, ils jugent prioritaire que le Parlement fédéral ouvre à révision les articles constitutionnels concernés, à la fin de cette législature. Ils ne comptent pas se présenter sous une bannière commune aux prochains rendez-vous électoraux, certains ayant déjà une identité reconnue.

«Nous avons des idées parfois très différentes sur le plan politique, mais nous nous rejoignons sur le fait que ces idées doivent être débattues par référendum», résume Olivier Rubbers, l’un de ces militants, par ailleurs connu pour son engagement en faveur de la réintroduction du castor en Wallonie.

Aux yeux de ceux-ci, les projets de consultation populaire en Wallonie et les procédures parlementaires permettant depuis peu aux citoyens de se prononcer sur les projets législatifs ou forcer les députés à débattre de pétitions, etc, sont insuffisants bien que positifs.

Illustration: Andrey Burmakin – Fotolia

La censure: Nouvelle arme politique et économique

La censure arrive petit à petit!

« Facebook a annoncé jeudi une refonte majeure du fil d’actualité sur lequel naviguent ses plus de deux milliards d’utilisateurs: priorité sera désormais donnée aux contenus partagés par la famille et les amis, au détriment des marques et autres pages. »

« La façon dont Facebook classera les publications dans les prochaines semaines, en mettant en avant les photos, vidéos et statuts publiés par des proches, doit permettre de favoriser les interactions et les relations personnelles entre les utilisateurs »

« Facebook estime par exemple qu’une photo de famille a plus de valeur pour un utilisateur que le clip d’une star ou la publicité d’une marque de vêtements. »

« Le responsable a notamment cité plusieurs études ayant montré que les interactions avec des proches favorisent le bien-être, bien plus par exemple que le fait de lire des articles de presse. D’autant que le réseau social, tout comme Twitter, a été critiqué récemment pour avoir laissé fleurir sur son site de fausses informations, à l’instar des contenus publiés par les Russes durant la campagne présidentielle américaine de 2016.
Mark Zuckerberg, lors de ses voeux pour 2018, a d’ailleurs promis de « réparer » ces « erreurs ».

« L’une de nos grandes priorités pour 2018 », a-t-il ajouté jeudi, « est de nous assurer que le temps passé sur Facebook soit du temps bien dépensé ».

Il sera donc bien plus difficile de faire passer l’information qui va à l’encontre des « standards de la communauté »…

Tout ce système vacille… Ils feront tout pour éviter sa chute!

RTL info -12/01/2018

Pascal Masarotti