Le MCL n’est pas encore présent dans votre commune?

Vous avez envie d’aller partager et défendre l’avis de vos concitoyens au conseil communal?

Vous vous ressentez peut-être la fibre de représenter les citoyens de votre commune?

Vous voulez voir ce monde changer?

Cette année une fois de plus, chacun aura le droit de déposer sa candidature lors des élections communales selon des règles bien précises.

Si vous désirez représenter le MCL et ses idées de fond, son principe solidaire, n’hésitez pas à prendre contact avec nous!

Avant toute chose, prenez connaissance de  la charte politique du MCL

Vous trouverez ensuite facilement les informations nécessaires par le lien
Se présenter en Wallonie

Pour les élections communales, les présentations de candidats doivent être signées soit par deux conseillers communaux sortants au moins, soit :

Nombre d’habitants Nombre de signatures requises
Moins de 500 habitants 5 électeurs  communaux au moins
De 500 à 2 000 habitants 10 électeurs communaux au moins
De 2001 à 5 000 habitants 20 électeurs communaux au moins
De 5001 à 10 000 habitants 30 électeurs communaux au moins
De 10 001 à 20 000 habitants 50 électeurs communaux au moins

Vous trouverez ici le nombre d’habitants de votre commune:
Population par communes.

En avant! Et que ce monde change enfin!

« MAIS QUE PUIS-JE FAIRE TOUT SEUL? »

En 2013-2014, on disait 2018-2019 c’est loin, trop loin…

On subit, on survit,
On dénonce, on démontre,
On pense, on réfléchit,
On s’intéresse, on cherche,

On s’implique, on travaille, on agit, on parcourt, on rencontre, on se réunit, on informe, on prouve, on se donne, on écoute, on constate, on voit, on parle, on écrit, on vieillit…

Pourtant, nous y sommes et hier comme aujourd’hui trop de personnes se disent encore : « Mais quand bouge t on? » ou « Mais que puis je faire tout seul? »….

Je suis le premier conscient que le chemin du changement profond passe par la détermination, la conviction et l’union.
C’est d’ailleurs le chemin le plus difficile et le moins accessible à tous niveaux mais c’est le seul qui peut ouvrir les portes d’un renouveau…

D’ailleurs, si nous avions opté pour la facilité, nous aurions déjà rejoint un parti du système que nous dénonçons.C’est tellement plus « mode » et à portée de main..

Mais cela ne répond en rien aux aspirations profondes qui nous animent et à notre volonté farouche de vivre dans un monde ou la dignités, les droits et les libertés deviendraient prioritaires et surpasseraient largement le seul profit à tout prix voulu par quelques uns!

 

Nous ne combattons pas pour un homme, une formation, une idéologie ou un programme qui ne sera de toutes façons pas respectés…nous défendons un nouveau modèle de société au travers un véritable projet de vie impliquant tous les êtres humains constituant la société d’aujourd’hui.

Nul besoin de passer le plus clair de son temps à chercher des milliards en mettant en place des réformes et autres mesures discriminatoires puisque l’argent est là, toujours là, continuellement là…Celui ou celle qui ne l’a pas encore compris devient une « denrée rare ».

Cela fait bientôt 5 ans maintenant que je m’implique quotidiennement et j’arrive donc à la fin de mon premier mandat non rémunéré pour la collectivité.

De réunions en rencontres, de manifestations en rendez-vous, de travail acharné en débats constructifs souvent, puérils parfois, j’ai appris de chacun d’entre vous, j’ai pu évoluer et m’affirmer un peu plus chaque jour dans ce combat essentiel pour l’avenir…le nôtre, celui de nos enfants et des générations futures….Merci à toutes et tous pour cette expérience de vie.

Aujourd’hui, le temps est venu de « rempiler ou pas » pour 5 années de disponibilité supplémentaire.

A 52 ans, ce temps si précieux que je puis partager avec et pour vous demandera toujours autant d’implication et de sacrifices pour défendre et appliquer notre projet d’envergure. Il est né, il est là et il existe, vous le savez.

Si j’ai consacré autant d’années à le faire naître et vivre, c’est parce qu’il représente l’intime conviction qui est en moi, celle d’oeuvrer ardemment à la construction d’un monde meilleur, digne, juste et équitable pour tout un chacun. Ce « feu sacré » enfoui au plus profond de mon âme ne pourra perdurer et s’amplifier encore qu’au travers d’une prise de conscience de chacun d’entre nous que l’aboutissement d’un monde libre nous appartient, que nous en détenons les clés.

Nous pouvons, chacun à notre niveau, selon nos propres possibilités, s’investir dans ce qui peut donner un sens réel à notre passage sur terre. En ce qui me concerne, je suis aux antipodes de réduire une vie humaine, l’avenir de mes enfants à un combat « gauche-droite » ou à des idéologies et autres théories foireuses.

Pour moi une vie humaine ne se résume pas à un combat pour sa propre survie dans un monde de compétition à outrance et d’individualisme exacerbé!…

Vous voulez que cela change?
Il faudra alors soutenir le changement et ne plus s’investir dans la continuité de ce que vous ne voulez plus…

Ou taisons-nous à jamais et continuons à nous plaindre, à subir, à survivre tout en nous laissant distraire des véritables enjeux..et laissons nos enfants « se dépatouiller » avec ce qui les attends!

Rien n’est fatalité en ce bas monde, tout est question de choix!

Belle journée à toutes et tous,

Pascal Masarotti
Membre fondateur et porte parole du http://www.m-c-l.be/

Et dire que tout cela aurait même pu aller jusqu’à être « gratuit »…

Les services publics et la privatisation: Une erreur monumentale de gestion de plus!

Nous le savons tous, l’Etat s’est toujours inquiété de se débarrasser des institutions publiques lorsque leur gestion devenait catastrophique.

L’idée de les « refiler » à des investisseurs privés est née de cette inquiétude et nous démontre une fois de plus que l’idée n’était loin d’avoir été réfléchie jusqu’au bout sur ses conséqueces.

Ou alors s’agissait-il d’opérations poussées par des créateurs d’argent facile sur le dos des services incontournables aux citoyens?
Juteux marché qui permet à cette finance de mettre la main sur notre argent qui une fois dépensé, ne revient pas dans la poche de ceux qui ont payé les investissements colossaux de ces services publics revendus pour des clopinettes…

« Le rail, la poste, les soins: tout est devenu plus cher » (Le Vif 5/4/2018)

Une connaissance me disait justement que l’état ne doit pas être géré tel qu’une entreprise; C’est pourtant bien ce que fait l’Etat puisqu’il n’a pas le courage de changer le fondement de son fonctionnement et plaît à nous dire « qu’il manque encore 10 milliards dans le budget de l’Etat ».
Notre « dette » ne fait que gonfler.

Cette « dette » auprès de banques privées est contractée envers toute logique de gestion publique car l’UE a décrété en son temps que les banques d’Etat ne pouvaient plus prêter d’argent à taux zéro! (Sic)
Encore de la privatisation de l’argent public et de plus, coûteux!

Rappelez vous ce businessman incarné par Richard Gere dans « Pretty Woman »; quel était son « job »?
Le démantèlement d’ensembles en jetant à terre les départements qui ne rapportent pas ou pas assez et ne gardant que celles qui rapportent des plantureux bénéfices pour le revendre avec boni ensuite.
Tout cela au profit de la finance mais au détriment de tout le reste: Le social, l’emploi et de facto, une part de l’impôt public.

Pourquoi la gestion de l’Etat est-elle un fiasco total qui nous entraîne vers le bas?
Simplement parce que l’argent est « extorqué légalement » pour atterrir dans des poches qui n’en redistribuent rien à la source et en sus, ne paient quasi pas ou carrément plus d’impôts!
Ce système est révolu, il a fait ses preuves.

C’est dans cette optique que le Mouvement Citoyens Libres a travaillé sur ce projet, si simple direz-vous, mais tellement efficace, non seulement afin d’apporter les besoins nécessaires à l’Etat pour fonctionner correctement, mais surtout pour se donner les moyens de faire bien mieux que les redondantes coupes sombres, destructions de services, diminutions de moyens de sécurité  (sociale aussi), etc…

OUI! Il est possible de financer l’Etat avec une simplicité évidente pour sa recette et de plus, un financement qui coûte nettement moins cher à chaque citoyen: Cela s’appelle la Taxation des Transactions Financières.

Cette méthode se passe en outre de TOUTE la taxation existante, donc nous rend un réel pouvoir d’achat qui refera enfin tourner l’économie.

Une méthode pas neuve du tout, elle est étudié depuis plus de 40 ans!
(Découvrez ce sujet sur notre page:
La TTF, un seul impôt minimal est nécessaire. )

Belle journée à tous, malgré que votre train sera encore en retard, que votre très cher courrier arrivera un autre jour, que vos factures de téléphone, gaz, électricité, eau, télédistribution et/ou téléphonie, vos assurances et vos coûts bancaires qui explosent!

Je disais donc… Belle journée quand même!